Fighting “Uberization” Part I

Recently, couriers in England and France have been fighting the “Uberization” of the delivery market.  As a consequence, there has been renewed interest in my book Nerves of Steel:  Bike Messengers in the United States.  It seems that usage of independent contractors has gotten even more out of control than when I was a messenger.  To help people understand the situation and to help some new friends negotiate this terrain of corporate malfeasance I will be including this chapter in a series.  For our French friends I’ve begun to translate this chapter, and will post as I finish sections.  French will be in red and English will be in blue.

Livreurs.jpg

Premier part

L’industrie, l’art et profession de “Messing” 

Les coursiers à vélo sont essentiels aux commerces dans les métropoles denses. En dépit des reports populaires, les coursier à vélo dans le secteur de l’industrie de livraison s’étendent dans de nouvelles villes annuellement.  Généralement, dans n’importe quelle ville, le vélo est la méthode de transportation la plus rapide pendant les heures de pointe.  Dans les villes comme New York, Washington DC, San Francisco et Boston, souvent le vélo est plus rapide que tous les autres modèles de transport en dehors de ces heures aussi.  Malgré les efforts pour diminuer la circulation les rues continuent a s’encombrer avec les embouteillages.  “En dix ans la rue est devenue un lot de stationnement,” dis Bega, coursier et patron d’une société des coursiers. Ce sont ces facteurs qui assurent la survie du coursier a vélo au 21e siècle.

The Industry, Craftsmanship and Profession of “Messing”

Bike messengers are essential to commerce in dense cities.  The bike messenger segment of the delivery business, despite popular reports, is spreading to new cities every ear.  Generally, in any city a bike is the fastest mode of transportation at rush hour.  In cities like NY, DC, SF and Boston the bike often outpaces all other modes during the rest of the day as well.  Surface streets become more congested in cities despite traffic thinning measures.  “In ten years, the street will be a parking lot,” says Bega, a DC courier and business owner.  These factors insure the survival of the bike messenger into the 21st century.

Il ne faut pas confondre les coursiers a vélo et les sociétés “Over night” comme par exemple Fedex, UPS ou Air borne Express.  Les coursiers a vélo sont un différent segments de l’industrie de la livraison due au fait qu’ils sont plus rapide et beaucoup plus flexible.  Les sociétés de livraison “Over night” peuvent effectuer les livraisons en 24 heures.  Il leur est logistiquement impossible de faire autrement.  Par contre, les coursiers à vélo peuvent effectuer la livraison en 15 minutes, à la demande.  Pour la livraison de 15 minutes, le coursier est obligé d’être en très bonne forme et il doit connaitre la ville en entier.  Contrairement a un conducteur “Over night” les coursiers ne savent jamais ou ils vont aller.  Les conducteurs “Overnight” font les mêmes routes chaque jour.  Quant a lui ou elle, le coursier a velo va n’importe ou pour les clients.  L’hypothèse selon laquelle les coursiers devraient etre comme des opérateurs “Overnight” est erronée.  Pour les coursiers le but est la rapidité, non pas la gentillesse.  De plus, les opérateurs “Overnight” rencontrent les mêmes clients et les mêmes gardes de sécurité tous les jours, pendant toutes l’année.  Il arrive qu’un coursier ne se rende pas a un bâtiment pendant une année, ou parfois il  y livre à chaque sixième livraison.

Bike messengers should not be confused with overnight delivery companies like FedEx, UPS and Airborne Express.  They are in monumentally different segments of the delivery industry.  Bike messengers are the fastest, and most flexible, segment of the industry.  Overnight courier services deliver packages in 24 hours.  It is logistically impossible for them to do anything else.  Bike couriers can deliver in 15 minutes, on-demand.  For 15 minute deliveries, the operator needs to be far more athletically skilled, and have a wider knowledge of a city than the typical overnight operator.  Bike messengers don’t know where they will be sent at any given time.  Overnight services are based on routes.  Bike coverage of a city depends on where customers need them to go.  The assumption that bike messengers should behave like overnight operators is misguided.  For bike messengers the emphasis is not on friendly service, it is on speed.  Additionally, overnight operators see the same clients and security guards day after day, year after year.  A messenger may not enter a building for a year, or he might go to the building every six tags.

Plusieurs sociétés pensent que puisque les opérateurs “Overnight ”et les coursiers à vélo sont presque la pareil il est banal que les coursiers ne portent pas d’uniforme.  L’équivalent serait de voir Lance Armstrong en compétition pour le Tour de France en costume trois pièces.

Many businesses, thinking that overnight services and bike couriers are practically the same, are irritated because bike couriers are not in uniforms.  The equivalent would be sending Lance Armstrong to ride the Tour de France in a three-piece suit.

La culture de coursier se développe se dépend du caractère de la ville d’influence.  Il y a deux berceaux de culture :  New York et San Francisco.  Les industries de coursiers sont du même âge mais à cause de leur séparation régionale elles se sont évoluée différemment.  Ce sont les deux plus grandes villes de coursier de côté respectif.  La sphère d’influence de San Francisco consiste de:  Atlanta, Chicago, Edmonton et San Diego.  La sphère New York-aise s’étend de Cleveland, Montréal jusqu’à Washington, DC.  Au début, ils sont différents à cause des interventions de l’agence « State Taxe Autorité » pendant les années 80.  Après plusieurs interventions et vérifications a l’appui il s’en soit tiré que les coursiers, en effet, était de vrais employés et non pas des entrepreneurs indépendants.  En revanche, New York est resté plutôt une ville avec ces coursiers au statut d’entrepreneurs indépendants.

Bike messenger industries evolve according to which key city they emulate.  There are two major cradles of bike messing, New York and San Francisco.  The city’s bike industries are the same age, but because of regional separation, they evolved differently.  They are the largest messenger cities on their respective coasts.  The SF sphere of influence extends to Atlanta, Chicago, Edmonton and San Diego.  NY’s influence spreads to Cleveland, Montreal and DC.  The SF sphere is influenced by state tax authority crackdowns in the early 1980’s.  The resulting audits determined that all messengers were employees rather than independent contractors.  NY, by contrast, spent much of its messenger history as an independent contracting town.

La différence des deux classifications ouvrières dépend des coursiers a être plus autodéterminant.  En fait, les entrepreneurs indépendants gèrent leur propre société, selon la loi, ils ont le droit.  Par contre les employés sont obligés de suivre les règles d*un patron.  Quand les sociétés de coursiers traitent leur coursier comme des employés, quand à la fois ils sont actuellement des entrepreneurs indépendants, si les coursiers comprennent la différence ils ont plus de confiance dans cet environnent.  En conséquence, les coursiers qui comprennent leur droit, prennent avantage d’exploiter une liberté cachée avec les horaires de travail par exemple.  Dans ce cas, les sociétés sont à la merci des coursiers.

The difference in classification of workers results in messengers being more or less self determined.  In effect, independent contractors are running their own businesses, legally entitled to autonomy.  Employees must follow rules set by the employer.  Though courier companies treat their independent contractors like employees, those workers who understand the difference, tend to be more empowered in the work environment.  As a result, messengers who understand, take advantage of their freedom.  Companies are then at the mercy of the messengers who come in when they want.

Le malheur caché des entrepreneurs indépendants s’appuie sur les mathématiques.  Le coursier ordinaire fait 25-30 livraisons par jour, quand les affaires roulent bien.  Quand les affaires sont plutôt douces, le coursier fait entre 10-18 livraisons.  Malheureusement, presque tout l’été entier roule doucement et pendant l’année il y a plusieurs occasions quand les affaires roulent doucement, alors la moyenne par livraisons, par jour, devient 25 livraisons par jour.  Si 5 sur 25 sont les s “rushes” plus chères à cause des obligations plus raide, et le reste sont des livraisons ordinaires, $8-12 pour les “rushes” et $1-3 pour les ordinaires.  Le coursier typique peut gagner $21,600 par an.

The hidden downside of independent contracting is in the mathematics.  The average messenger does 25-30 runs per day on good days.  On bad days, a courier does between 10 and 18 runs.  Unfortunately, most of the summer is slow, and various times during the year have slowdowns as well.  That brings the average runs for messengers down to 25 runs per day.  If five are rushes and the rest are regulars, the courier can make about $90 a day.  That figure is based on rates that are $1-3 dollars apiece for regulars, and $8-12 for rushes.  The typical courier makes a gross annual income of $21,600.

Aimez-vous cette piece?  Partager le sur Twitter ou Facebook en bas!

Like what you’re reading?  Share it on Twitter or Facebook below!

Entrepreneur Independent Employé
Income annuel brut 21,600 21,600
Les dépenses operational
Chausettes d’hiver 35 35
Chausettes de laine 10 10
Sous maillot 100 100
Gants super 100 100
Chapeau 50 50
Lunettes de soleil 20 20
L’anorak gortex 100 100
Pantalons gortex 120 120
Pullover de laine 40 40
Vèlo moins chèr 300 300
Chausettes 50 50
Vêtements de vèlo 200 200
Pneux (4) 100 100
Chambre à air (10) 50 50
Vèlo reparation 200 200
Utiles 100 100
Des pièces détachés 150 150
Chausseurs 100 100
Sac 100 100
Casque 50 50
Serrure et châine 90 90
Louer radio par an 720 720
Dépenses totals 2,885 2,885
Deduction detailler permis 2,885 Deduction ordinaire 2750
Income total sujet aux tariffs 18,715 18,850
Tariff federal 2,809 Tariff federal 2,809
Tariff social 4,640 Tariff Social 2,320
L’état NY tariff 213.35 L’etat NY tariff 213.35
La ville de NY tariff 172.18 La ville de NY tariff 172.18
Santé tariff 271.36 Sante tariff 271.36
Infirmité tariff 50.53 Infirmite tariff 50.53
Tariffs total 7012.12 Tariffs total 4692.12
Income après tariffs 14,588 Income apres tariffs 16,908
Frais de subsistence
Logement 7,200 7,200
Nourriture 4,200 4,200
Frais de subsistence total 11,400 11,400
Revenu net 303 2757
Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s