Fighting “Uberization” Part X

q-sf-messenger
“Q” the San Francisco bike messenger who named me “Lambchop”

Bike messengers often feel misunderstood when the public opinion turns against them.  City government’s biggest complaint about messengers is that they break so many traffic laws.  There have been crackdowns, and licensing initiatives, across the US over the past 15 years to control this.  These actions are precipitated when well-connected individuals are injured by collisions with messengers, in almost all cases.  One important fact ignored in most of these instances of courier recklessness is that person who makes the complaint was breaking the law as well.

Les coursiers sentent qu’ils sont mal compris quand l’opinion publique est hostile vers eux.  Les gouvernements se plaindront plus souvent de fait que les coursiers brisent les lois de circulation tout le temps.  On avait les mesures de répression, les initiatives License partout aux Etats-Unis les 15 années durant pour les contrôler.  Les mesures viennent des gens qui ont les connections et le pouvoir avec le gouvernement après les accidents dans tous les cas.  Un fait important qu’il est toujours oublie dans les instants des actions non prudente des coursiers est toujours, la personne qui agit contre les coursiers, aussi a brisé la loi.

The best publicized case of William Spring in Boston is a perfect example of this one-sided view.  William Spring is a prominent Boston citizen.  One day at dusk, as he was jaywalking across Commonwealth Ave, he was struck by a bike messenger.  When he fell, his head hit the pavement and he was knocked out.  Doctors kept Mr. Spring in a comatose state for medical purposes.  What ensued was a media, civic and private sector campaign against bike messengers in Boston.  The media printed inflammatory accounts.  A business leader encouraged all of Boston’s business citizens to boycott messengers, and the civic authorities held meetings to curb the messengers.  What most policy makers failed to take into account is that messengers’ dangerous practices are symptoms of deeper problems.  In the end, bike messengers were required to carry twice the insurance of car messengers.  Bike couriers, unlike car couriers, are required to be licensed.

The infamous Aero Bike.jpg
“Steel Girder on Wheels” the infamous SF Aero Bike

Le cas le plus médiatisé concerne William Spring, un éminent citoyen de Boston.  Cet exemple parfait est seulement du point de vue de William Spring.  Une soirée, à crépuscule, cet homme piéton indiscipline a traversé l’avenue Commonwealth quand il a été frappé par un coursier.  Quand il est tombe il a frappé la tête et il été assomme.  Les médecins lui a gardé en coma pour les objectifs médical.  Après, le cirque media a explosé et puis un mouvement civique, media et prive contre les coursiers de Boston.  Le media a écrit les nombreux récits inflammatoires.  Un chef d’une entreprise encourage les citoyens éviter les services coursiers, et les autorités civiques convoquent les réunions construire réglementation sur les coursiers.  En actualité, les pratiques dangereux sont les symptômes d’un problème plus grave.  Afin, les coursiers ont dû enregistrer avec double la couverture assurance que les voitures maintenant.  Mais les coursiers, par contre les conducteurs qui font les livraisons, ont dû enregistrer avec la ville.

Seattle, NY and DC governments have attempted and failed at licensing messengers.  In Seattle, Martha Choe headed up a licensing movement.  Messengers pointed out to the media and the business sector, that setting up a governmental agency would require spending large sums of taxpayer money.  The legislation was voted down.  Legislation in D.C. was voted down for the same reason.

Les gouvernements de Seattle, NY et DC ont tous essaye un programme pour la certification des coursiers.  En Seattle, Martha Choe a été le chef d’un mouvement de certification.  Coursiers ont montré que le coute d’une agence était tres chère, un prix paye par les citoyens.  La loi a été défait.  Même chose a DC.

NYC legislators successfully implemented a license plate initiative in 1984.  It only lasted a year due to lack of enthusiasm in enforcing it.  “People kept getting their plates stolen off their bikes.”  T, a courier remembers.  Companies in NY still issue license plates and couriers still don’t put them on their bikes.

Les politiciens en NY ont implémenté une loi pour les plaques d’immatriculation, mais c’a duré seulement une année car les polices a perdu motivation pour l’enfoncer.  « Les voleurs ont volé les plaques des vélos sans cesse. » T, un coursier souvient.  Les entreprises toujours donne les plaques mais les coursiers ne les mettent sur les vélos.

Serious civic action against couriers in NY occurred in 1987, with the Koch bike ban.  The Koch bike ban covered midtown from 10 am to 4 pm.  When implemented on August 31, 1988, due to protests from messengers and allied groups, the ban lasted 60 minutes.  Protests brought the ban under wide public scrutiny, and the courts were forced to strike it down because it was implemented without due process.  Fox and Steve the Greek, two of the organizers of the protests are veteran messengers.  They based their strategy on education of the public through demonstrations leaflet campaigns and courting the attention of the media.

En NY un mouvement sérieux contre les coursiers a 1987 avec l’interdiction de maire Koch.  « L’interdiction Koch » s’est place en Midtown de 10 h du matin a 4 h d’après-midi.  A l’implémentation le 21 aout 1988, grâce aux démonstrations des coursiers et groupes alliées, l’interdiction est dure seulement 60 minutes.  Les démonstrations est emmené l’inégalité en face d’examen public et les cours sont force le tuer car le bureau de maire l’implémente sans procédure régulière.  Fox et Steve the Greek était deux chefs du mouvement et ils sont les coursiers vétérans.  On a fond la stratégie sur l’éducation de public avec les démonstrations et les mouvements dépliants, et les rapports avec les médias.

Wild Bill responded to the Giuliani crackdowns.  “I wish the Mayor would ride a bike to work.  By the time, he gets to work, he won’t want to fuck with us because he’d be too tired.  We deserve respect, we aren’t selling crack…they’re mad because I’m taking up space!”  

Wild Bill a répondu aux maire Giuliani mesures contre petits criminels, « Je souhaite que le maire monte le vélo au travail.  Quand il arrive au bureau, il sera si fatigue, il ne voudra pas nous harceler car il sera trop de fatigue.  Nous méritons de respecte, nous ne vendons cocaïne…on se met en colère simplement parce que je prends de l’espace ! »

In early November 1984, the SF police targeted messengers when a courier collided with a child exiting a bus.  Some men on the bus jumped out to beat the courier, and not surprisingly, he ran away.  The crackdown ensued causing messengers to rack up hundreds of dollars in fines apiece.  They weren’t making enough to pay their fines.  “It got to the point that every time you heard a motorcycle you would start to sweat; your heart would pound and you’d have an anxiety attack until you were sure it wasn’t a cop behind you.”  Howard set up a court date to protest tickets he received.  He heard some cops in the other room, “I hate bike messenger.”  “Me too.”  “Wish we could take a month off and fuck them up.”

Tôt en novembre 1984, les police de SF ont commencé harceler les coursiers car un coursier a frappé un enfant qui est descendu d’un autobus.  L’autre hommes qui étaient en bus, sont descendues pour débattre le coursier, pas grand surprise, le coursier est sorti.  En résultant les coursiers a été cible des polices et chaque un a reçu les centaines de dollars de amendes de circulation trompe.  En actualité, on n’a gagné assez pour payer les amendes.  « C’arrive que chaque fois que tu as écouté une motocyclette la panique arrivait et tu commences à être en sueur ; ton cœur battait fortement et tu as eu anxiété épouvantable. »  En protesté, Howard a établi une date de comparution.  Dans la salle a cote il a entendu les polices, « Je déteste les coursiers, » « moi aussi » « Je souhaite qu’on aurait un mois quand on pouvait les détruire. »

The crackdown died for a bit; then in December started up again.  The police began to intimidate messengers verbally.  The messenger community was at a breaking point.  They viewed the crackdowns as unfair because the police targeted only bike messengers and no other bike riders. 

Pendant un certain temps, la répression cessa un peu, et puis en décembre il est commencé encore.  Les polices harcelaient les coursiers et les menaça.  La communauté étayant presque a fin de la santé mentale.  Pour les coursiers la répression était vachement inégal parce que les coursiers étaient les seuls cyclistes cibles de police.

In protest, messengers rode en masse to City Hall to demand an audience with the Mayor.  They were dismissed by officials, so they came back the next day with a bigger crowd.  Howard addressed the crowd, outlining the rights they all felt were being violated by the selective harassment.  At last city officials took the messengers seriously, and set up a meeting.  There were two muni (bus system) officials, a city transit official, a motorcycle cop and Howard to discuss the issue.  Muni spoke of sore points and Howard pointed out their less-than-sparkling safety record and the coincidence that they were the agency to initiate the action.  That brought on laughter from the transit official and the motorcycle cop.  Howard was sure to commend the police for their professionalism in the second crackdown.  “You’re just doing your job.”  Howard was reasonable, and the chief of the motorcycle police proclaimed the crackdown over.

Les coursiers ont fait la protestation, les centaines sont monte vers l’hôtel de ville, en masse pour demander une réunion sérieuse avec le maire.  Les officiels les ont écartés alors les coursiers sont revenu lendemain avec une foule plus large.  Howard a fait son discours à la foule, il a décrit les droits et comment les coursiers ont cru que les polices on viole les droits avec harcèlement sélectif.  Finalement, l’administration de la ville a cède et fixe une date pour une réunion.  A cette réunion il y avait deux personnes de muni (les autobus), un officier de la ville pour le rayon de transport, un police motocyclette et Howard.  Les gens de Muni s’est plaindre sur certains points des coursiers, et Howard a souligné leur dossier de sécurité moins brillant et la conséquence qu’ils ont été l’agence qui a commencé la répression des coursiers.  A ce commentaire, l’officier de transport et le police motocyclette éclatèrent de rire.  Howard a remercié les polices pour leur attitude professionnelle a deuxième répression, « on a tout simplement fait le job, n’est-ce pas ? »  Howard était raisonnable et le chef des polices motocyclettes a déclaré que la répression a été fini.

DC messengers were besieged by raids in June of 1994.  The target was Dupont Circle, and at one point SWAT teams were called in.  The messengers’ offense, hanging out after work, drinking beer, and smoking pot.  They were far from the only people in Dupont doing either, but they were the citizens targeted.  Police used an old bike registration law to confiscate unregistered bikes.  The absurdity of the action was best captured in a command of an officer, and the response of the messenger he was yelling at: “Drop the fucking bike!”  The courier responded, “It’s not loaded.” 

À 1994 les coursiers en DC ont été assièges par des raids.  Le cible était Dupont Circle, et a un moment les équipes SWAT ont été appelées.  Le crime, un rendez-vous des coursiers après le travail ou on buvait une bière peut-être se fumait un peu de marijuana.  Ils n’ont pas les seuls qui on fait les choses comme ça à Dupont, mais ils étaient la cible.  Les polices avec une loi ancienne d’enregistrement des vélos, ont insisté qu’ils aient eu le droit le confisque.  L’absurdité de l’action est montrée par une situation ou une police a crié à coursier, « laisse tombe le fucking vélo ! »  Le coursier a répondu, « il n’est pas charge ! »

One park police officer would ride around Dupont antagonizing messengers.  Messengers knew that police officers had no right to search their bags.  They would open their bags though, out of fear that they would be arrested if they didn’t.  The counter movement against the crackdown began when a messenger was ordered to show the contents of his bag and he refused.  The messenger cited a violation of his civil rights, and turned to leave.  The officer tackled him, and pinned him to the ground.  Bega alerted his father, a lawyer, and his father put pressure on the police threatening legal action.  The overzealous cop was reassigned, out of Dupont.  Soon afterward, a flier was distributed to civilians and messengers with an illustration of the cop beating the messenger.  At that point, the ACLU became involved, and demanded a city hearing on the matter.  The end result was a superior court decision to dismiss all fines and criminal charges couriers incurred during the period of the crackdown.

Une police de l’agence de parc police s’est monte à Dupont Circle pour la seule raison harceler les coursiers.  Les coursiers savent que les polices n’ont eu le droit fouiller les sacs, mais quand-même ils ont ouvert les sacs pour les polices car ils ont eu peur que les polices les arrêtent surement s’ils ne coopèrent pas.  Un mouvement contre la répression est commencé quand une police a donné l’ordre a coursier ouvrir le sac et le montre les contents dedans et le coursier a refusé.  Le coursier a dit que le police a violé ses droits civils et est tourne quitter la police.  Avec ça le police s’est attaqué à coursier et l’a fixé au sol.  Bega, donne une coupe d’appel a son père, un avocat, et son père a mis la pression sur les polices les a menacées de l’action légal.  Ce cop a été placer autre part, de Dupont.  Après, on a distribué un dépliant avec une image d’une police qui a fixé au sol un coursier.  Peu de temps après, l’organisation ACLU (American Civil Liberties Union) a pris le cas et ont demandé une audience au cours municipal.  Le résultat :  le cours municipal a écarté tous les sanctions sur les coursiers pendant que la période de répression.

Chicago’s assault on messengers has continued for several years.  Officers have pulled couriers over so often; some of them know hundreds of couriers by their first name.  Couriers weren’t just ticketed, they were arrested for running red lights, riding the wrong way, not wearing a helmet or a safety vest.  The crackdowns were precipitated by a large company in Chicago that supports strong enforcement of messenger specific traffic codes.  The same company doesn’t pay for traffic tickets or compensate a messenger when the messenger has been put in jail for traffic infractions.  The problem intensifies when a company expects messengers to deliver rushes within ridiculous time constraints.  There are times when deadlines can’t be met, unless a messenger breaks laws.  By merely dispatching jobs of that nature, there is the implied order to the courier to break the law.

L’assaut sur les coursiers de Chicago continuerait pour plusieurs années.  Les polices ont stoppé les coursiers si souvent que les polices connaissent les coursiers par premier nom.  Ils n’ont seulement écrit des billets, ils ont été arrêtés pour des feux rouges, monter contre circulation on ne porter pas la casque ou la veste de sécurité.  Les répressions était initie par un grand entreprise coursier qui soutenait les règles spécifiques pour les coursiers, la même entreprise ne rembourse pas les coursiers ni ne donne aucune aide aux coursiers arrête.   Le problème est devenu plus profond car le même entreprise a les limites du temps trop court pour livrer les paquets sera livrer tard à moins que coursier brise quelques lois. 

Ben, a NY courier and doctoral candidate explains the reality of couriers and the laws they break, “Capitalism needs to break the law to run smoothly.  We are subjects of capital.  Yet we aren’t treated like full subjects of the nation.”

Ben, un coursier en NY et candidat doctoral explique la réalité des coursiers et les lois ils brisent, « Capitalisme doit briser les lois pour travailler calmement.  Nous sommes les objets de capital mais on nous ne traite pas comme les citoyens complets » La fréquence de comportement illégal vienne d’infrastructure des rues, on n’a jamais encouragé partager la rue parmi tous les utilisant.

Some law breaking is necessitated by the fact that there is no institutional precedent in the US to encourage road sharing.  Cities are designed for the flow of motor vehicles, unlike countries in Europe where streets are redesigned to accommodate all road users.  In the US, there is technically no room for bikes, the way laws are written, and streets are configured.  People who ride bikes are entitled to use roadways.  They are entitled to equal protection under the law.  Since bike riders may also be taxpayers, and they do the least amount of damage to public roadways, they should be allowed to use the road as much as others.  To operate within a given set of constraints, bike couriers have adapted ingenious ways of using the space that is available.

Les villes sont construites uniquement pour les autos, par contre les pays en Europe les rues accordent tous les utilisateurs.  Aux Etats-Unis en effet il y a l’espace pour les vélos, à cause de vois de l’infrastructure.  En effet les cyclistes ont le droit monter sur les rues.  Ils ont le traitement égal au-dessus la loi.  Depuis que les cyclistes payent aussi les impôts mais font le moins de damages aux payent routes publies surement ils sont autorisés utiliser les rues assez que les conducteurs.  Aux limites d’espace les coursiers ont développé intelligent façon de survivre.

 

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s